Actualité du dopage

Le nouveau combat de l'ex-cycliste Geneviève Jeanson

02/06/2022 - 24heures.ca - Julien Lamoureux

Il y a 16 ans, Geneviève Jeanson se retrouvait au cœur d’un des plus gros scandales de dopage de l’histoire du sport québécois. Aujourd'hui, l’ex-cycliste professionnelle se dit prête à «redonner à son sport», notamment pour mettre fin aux abus dont les athlètes féminines sont encore trop souvent victimes.

2022 marque aussi pour elle un retour à la compétition. L’athlète s’est inscrite à quelques compétitions de gravel bike (...).

«Je veux ressentir plein d’émotions. Je veux que mes jambes soient complètement destroy, je veux être capable de finir les courses et de me dire que j’ai tout donné», explique-t-elle en entrevue au 24 heures.

Une longue guérison

Ce retour à l’entrainement représente la fin d’une longue guérison pour celle qui, en 2006, a été suspendue à vie par l’Union cycliste internationale (UCI) pour avoir utilisé de l’érythropoïétine (EPO), une substance dopante interdite.

Après un exil en Arizona et un retour au Québec loin des projecteurs, elle souhaite maintenant raconter son histoire.

«Oui, j’ai été connue pour avoir échoué un test de dopage, mais il y a beaucoup de bagage en arrière de ça», insiste-t-elle, dans la salle de sport où elle est maintenant entraîneuse, à Vaudreuil.

«Dès l’âge de 15 ans, mon coach était extrêmement abusif. Psychologiquement, tout le temps, physiquement, tout le temps. En fait, j’ai vécu toutes les catégories possibles d’abus, à répétition», allègue-t-elle.

Le 24 heures n’a pas été en mesure d’entrer en contact avec cet ancien entraîneur, André Aubut.

Geneviève Jeanson affirme que c’est André Aubut qui l’a incitée, avec la complicité d’un médecin, le Dr Marcel Duquette, à consommer de l’EPO alors qu’elle avait 16 ans et qu’elle souffrait d’anémie.

Ce qui devait être temporaire aura finalement duré jusqu’à la fin de carrière professionnelle, dit-elle.

André Aubut et le Dr Marcel Duquette ont été suspendus à vie par le Centre canadien pour l'éthique dans le sport en 2009 pour avoir administré des produits dopants à Geneviève Jeanson.

Souvenirs douloureux

En 2021, lorsque le gérant de l’équipe féminine de cyclisme Health Mate Patrick Van Gansen a été suspendu, après avoir été accusé d’abus par une dizaine athlètes, il y a eu un déclic. C’est à ce moment que Geneviève Jeanson a eu envie de faire bouger les choses dans son sport.

«Je me suis dit, “t’sais Gen, ça arrive encore, le harcèlement sexuel, les attouchements, les abus sexuels, ça arrive encore, et il faut que t’en parles”», se souvient-elle.

Elle a alors écrit une lettre ouverte à l’UCI qui a fait grand bruit et dans laquelle elle demandait à l’organisation de mieux gérer les cas d’abus et de veiller à ce que ses athlètes féminines puissent s’épanouir.

La Montréalaise a aussi commencé à s’impliquer dans The Cyclists’ Alliance, un groupe qui soutient les cyclistes féminines pendant et après leur carrière, en plus de s’engager dans leur programme de mentorat.

«J’ai été mise en relation avec une jeune athlète des Pays-Bas, Maaike Colje. J’ai trouvé ça tellement enrichissant. Pour moi, [échanger avec Maaike] m’a apporté beaucoup en tant qu’être humain», se réjouit-elle.


Lire l'article en entier



Sur le même sujet


Cette page a été mise en ligne le 14/11/2022