Dossier dopage



Frapper au portefeuille

23/01/2004 - Libération - Jean-Michel THENARD

Extraits

Il est sûr que Philippe Gaumont laissera un nom dans l'histoire du cyclisme. Deux fois contrôlé positif depuis 1996, deux fois mis en examen dans des affaires de dopage, de nouveau sous le coup d'une enquête judiciaire, il restera comme le symbole d'un sport qui n'a pas su faire le ménage quand il pouvait encore sauver sa légende. Mais après le tremblement de terre Festina, il était commode pour les pros du vélo de feindre que tout était réglé et le dopage éradiqué. Les organisateurs sauvaient leurs épreuves, les sponsors leur capacité à acquérir une notoriété à bon prix, les coureurs leurs jobs et les Français leur tradition estivale qui fait des routes de l'Hexagone les plus belles de la planète en juillet. Trop d'intérêts en jeu pour que d'aucuns prennent la peine de lever leurs doutes au regard de la moyenne des chevauchées fantastiques (...). Aujourd'hui, plus de doutes, que des certitudes. Le dopage est toujours largement répandu dans le peloton professionnel qui réinvente des méthodes qui avaient cours dans les années 70. S'il subsiste, c'est que l'hypocrisie prévaut à tous les niveaux. Lâcheté des organisateurs qui se sont cachés derrière des moyens de contrôle largement dépassés, double jeu des sponsors qui ont fait signer à leurs coureurs des chartes éthiques tout en exigeant d'eux qu'ils obtiennent des résultats dans un calendrier d'épreuves démentiel, tricherie des coureurs qui ont accepté le système. L'alternative aujourd'hui est des plus simples. Soit assumer ce qu'est le cyclisme devenu : une compétition d'hommes-seringues dont les performances sont fonction de la qualité des perfusions. Soit adopter une nouvelle règle pour qu'il redevienne un sport : l'exclusion à vie de tout coureur confondu et une sanction financière d'ampleur pour le sponsor sous les couleurs duquel il court. Puisque l'argent est à l'origine du dopage, c'est au portefeuille qu'il faut frapper pour l'éliminer.


Lire l'article en entier