Actualité du dopage



JO: Pékin promet une lutte antidopage des plus rigoureuses

29/07/2008 - La Tribune avec Reuters (Version française Diane Falconer)

Extraits

Soucieux d'éviter les affaires qui avaient terni les JO d'Athènes il y a quatre ans, le Comité international olympique (CIO) et les organisateurs chinois ont promis que la politique antidopage durant les Jeux de Pékin serait la plus rigoureuse de l'histoire olympique.

Avant même le premier jour de compétition à Athènes en 2004, les deux meilleurs sprinteurs du pays-hôte, Katerina Thanou et Costas Kenteris, avaient été exclus des Jeux après s'être soustraits à un contrôle antidopage.

Quatre ans plus tard, alors que chaque jour qui passe apporte son lot d'athlètes en préparation testés positifs, les Jeux de Pékin s'annoncent sans clémence pour les tricheurs.

A la fin des Jeux, 4.500 tests auront été effectués, soit 25% de plus qu'à Athènes. Lors de chaque compétition, les cinq premiers athlètes seront systématiquement contrôlés, ainsi que deux autres sélectionnés au hasard.

Pour la première fois, l'hormone de croissance sera détectable et depuis une décision du CIO en juin dernier, tout athlète reconnu coupable d'une grave infraction en matière de dopage sera privé des Jeux de Londres en 2012.

(...)

Toutefois, malgré l'intensification des sanctions et l'amélioration des techniques de détection, les tricheurs ont montré qu'ils étaient toujours de possible de passer, un temps, entre les mailles du filet.

Plusieurs scandales ont éclaté, notamment lors du Tour de France ou dans le milieu du sprint américain.

En Chine, la question est devenue prioritaire après avoir longtemps été ignorée. Les instances sportives ont répété qu'elles préféreraient ne remporter aucune médaille plutôt que d'avoir à subir la honte d'un contrôle positif.

(...)

Le nombre de contrôles en Chine a considérablement augmenté, passant de 165 en 1990 à 10.238 l'année dernière, selon le Comité national olympique chinois.

Pékin a même instauré des règles plus sévères que l'Agence mondiale antidopage (AMA). En cas de contrôle positif d'un sportif chinois, l'athlète et son entraîneur sont suspendus à vie, alors que l'AMA n'inflige que deux ans de suspension pour un premier contrôle positif, puis une suspension à vie en cas de récidive.

(...)

(...) L'AMA a reconnu que la politique chinoise en la matière allait en s'améliorant. "Ils ont écouté nos conseils, ils ont pris compte de ce qu'on leur avait dit. Leur programme va dans la bonne direction", a déclaré Howman.

Pour autant, la Chine n'a pas toujours pris la lutte antidopage au sérieux et a pris beaucoup de retard.

L'année dernière, la politique répressive menée aux Etats-Unis a révélé que de nombreux produits utilisés dans la fabrication des stéroïdes étaient en provenance de Chine.

(...) Au 20 juin, huit athlètes chinois avaient été contrôlés positifs, a indiqué l'agence chinoise antidopage.

(...)

Lire l'article en entier


Cette page a été mise en ligne le 30/7/2008.