ICCD : Indice de Confiance Cyclisme-Dopage.com

Groupama - FDJ - Saison 2022


Mise à jour le 27/07/2022

Sommaire

Introduction

La formation aux couleurs de l’ancienne « Loterie Nationale » plonge loin ses racines. Elle a été fondée en 1997 par Marc Madiot accompagné de son frère Yvon. Elle n’a jamais changé de sponsor principal. Un fait remarquable mais pas unique puisque la Cofidis peut se glorifier d’une année d’ancienneté de plus. La compagnie d’assurance Groupama est venue en renfort de la FDJ en 2018.

Quand l’équipe est portée sur les fonts baptismaux en 1997, l’EPO coule à flot dans les équipes... et dans les veines des coureurs. Les frères Madiot et Alain Gallopin sont financés par Me Bertrand Lavelot qui n’est autre que l’avocat de Bernard Sainz, alias docteur Mabuse. Placé en gardé à vue à deux reprises et mis en examen dans le cadre de l’affaire Festina, Marc Madiot expliquera aux enquêteurs que Bertrand Lavelot et Bernard Sainz "faisaient la pluie et le beau temps dans le peloton". Sans doute aussi dans l’équipe.

Les frères Madiot débauchent Mauro Gianetti, Davide Rebellin, Maximilian Sciandri et le soigneur belge Jeff D’Hont qui arrive à la Française des Jeux avec les bonnes « recettes » de la Telekom et de Jan Ullrich. Aujourd’hui, il a toujours ses entrées dans l’équipe française comme en atteste son compte Facebook. Marc Madiot est son « pote » et Alain Bizet (masseur pendant plus de 15 ans à la FDJ) son « ami ».

Bien mal partie, le FDJ a traversé les pires années du cyclisme, s’est écorché les genoux, a déchiré sa chemise en traversant des champs envahis par les ronces, s’est embourbée dans moults marécages mais est toujours debout. Elle figure même dans le haut du tableau de notre Indice de Confiance. Presqu’un miracle.

Histoire de l'équipe

Le passé handicape l’équipe bleu-blanc-rouge mais avec 10 affaires répertoriées, impliquant 9 coureurs, cela représente 0,4 affaires par année d'existence. C’est dans la moyenne des formations alignées sur ce Tour de France.

A peine née, la Française des Jeux s’était illustrée avec Erwann Menthéour qui se voit interdire le départ de la deuxième étape de Paris-Nice 1997. Avec L. Colombo et Santaromita, il est le premier coureur à être mis hors course en raison d'un hématocrite supérieure à 50 %. L’UCI, affolée par le déferlement de l’EPO dans les pelotons, venait de mettre en place ce contrôle, histoire de limiter les excès.

Notes de lecture Acheter ce livre sur amazon.fr

La dernière affaire en date de l’équipe est la suspension pour un an de Yoann Offredo, sanctionné pour trois non-communications de localisation en 2011.


Le dernier contrôle positif est celui d’Aurélien Duval en 2009. Le coureur est contrôlé positif à la norfenfluramine, un stimulant, à l’occasion du Circuit Franco-Belge. Marc Madiot parle « d'une étourderie. Pour nous, ce n'est pas un cas de dopage. C'est juste une grosse connerie ». Le coureur est tout de même licencié avant d’être suspendu deux ans.


Plus récemment, l’équipe a dû écarter Georg Preidler, impliqué dans le scandale Aderlass. Cette affaire de dopage sanguin, déclenchée en janvier 2019 dans le monde du ski, éclabousse plusieurs cyclistes. Preidler avoue avoir été client du controversé médecin du sport allemand Mark Schmidt. Il prétend toutefois qu’il s’est fait prélever du sang mais ne se l’est pas fait réinjecter. L’explication est connue : Ivan Basso, impliqué dans l’affaire Puerto, avait utilisé la même. Il n’est pas établi que le coureur autrichien se soit dopé pendant son séjour à la FDJ, raison pour laquelle nous ne mettons pas cette affaire au débours de la formation de Marc Madiot.

Liste des affaires de l'équipe
Coureur Produit Course Date Sanction Contrôle
Offredo Yoann 2011 Oui Non-communication de localisation
Duval Aurélien Norfenfluramine Circuit Franco-Belge 2009 Oui Contrôle positif
Bichot Freddy Corticoïdes Championnats de France 2002 Oui Contrôle positif
Magnien Emmanuel Corticoïdes Tour de France 2000 Oui Contrôle positif
Ledanois Yvon Usage de produits stupéfiants et de substances dopantes 1999 Oui Enquête judiciaire
Gianetti Mauro PFC Tour de Romandie 1998 Non Enquête judiciaire
Magnien Emmanuel PFOB (famille des PFC), Caféine, corticoïdes, amphétamines 1998 NSP* Expertise sanguine
Davy Thomas EPO 1997 NSP* Aveux
Menthéour Erwan Hématocrite > 50% Paris-Nice 1997 Oui Analyse sang
Menthéour Erwan Caféine Championnats de France 1997 Non Aveux en 1999

* Sanction non connue

Pour voir plus d'informations sur l'équipe dans l'annuaire du dopage, cliquez ici

Les coureurs épinglés

Aucun coureur actuellement dans l'équipe Groupama - FDJ n’a été épinglé dans notre annuaire du dopage.

Les dirigeants épinglés

Madiot Marc

Marc Madiot n’a jamais été très précis sur son dopage, reconnaissant tout juste avoir utilisé des « produits interdits », notamment des amphétamines, pendant les criteriums d'après Tour. Une manière de se défendre d’avoir triché en « vraie » compétition et notamment pendant ses deux Paris-Roubaix victorieux. Ses coups de gueule (c’est devenu sa marque de fabrique) et ses prises de position contre le dopage sont nombreux et célèbres. Il n’a pas toujours été aussi véhément. A l’époque de l’affaire Festina, il fermait les yeux sur les turpitudes de ses coureurs : « je ne voulais pas savoir si mes coureurs utilisaient ou non l'EPO, l'essentiel était qu'ils ne se fassent pas prendre », admet-il devant les enquêteurs. A-t-il eu un rôle plus actif ? Il ne le dira pas. Quand on sait que les enquêteurs ont retrouvé des centrifugeuses, destinées à contrôler l’hématocrite, dans le camion de la Française des Jeux, on est en droit de s’interroger. « L'EPO était entreposée dans le réfrigérateur de l'équipe (...) auquel avait accès Madiot », accusera Erwann Menthéour, encore lui. Au procès Festina, Marc Madiot n’est pas assis sur le banc des prévenus. Thibault de Montbrial, l'avocat de Willy Voet et Bruno Roussel le qualifie de « miraculé de la procédure ».


Pour qui veut en savoir plus sur Marc Madiot et surtout sur sa part sombre, nous lui avons consacré un portrait consultable ici.

Jussi Veikkanen

Jussi Veikkanen, directeur sportif depuis 2016 après avoir couru presque toute sa carrière sous le maillot de l’équipe française a trébuché en 2001. Comme Erwann Menthéour quatre ans plus tôt, il est mis au repos en raison d’un hématocrite trop élevé. Le jeune finlandais évolue alors dans les rangs amateurs, au sein de la formation Top Kearnten - Giant.

Il a fait toute sa carrière à la FDJ (2005-2015), hormis un passage par Omega Pharma-Lotto en 2011. Il devient directeur sportif à la FDJ tout de suite après la fin de sa carrière de coureur.


Les coureurs flashés

Pour en savoir plus sur le calcul des Watts élaborée par Frédéric Portoleau et sur la méthode des radars proposée par Antoine Vayer, visitez les pages suivantes :

Pinot-Gaudu, un duo de haut niveau mais qui n’allume pas les radars

Thibaut Pinot a souvent évolué au-dessus de 400 Watts-Etalon (WE) sans toutefois dépasser la limite définie comme « suspecte » (410 WE) : 407 WE à la Vuelta 2013, 406 WE au Tour 2014, 408 WE au Giro 2017 et 407 au Tour de France 2019, avant d’abandonner à Tignes. Dans ses belles journées, il a déjà pu battre de grands coureurs comme Egan Bernal ou Sean Yates mais il a toujours connu des jours sans contrairement à ces adversaires.


Pinot, un coureur qui se fait mal à la gueule
Source : Espé - chronoswatts.com - 14/11/2020

David Gaudu augmente régulièrement son niveau pour sortir du Tour d’Espagne 2019 à 400 WE. Insuffisant pour allumer les radars.


Aucun coureur actuellement dans l'équipe Groupama - FDJ n’a allumé les radars de Frédéric Portoleau et Antoine Vayer

.

Les dirigeants flashés

Pour en savoir plus sur le calcul des Watts élaborée par Frédéric Portoleau et sur la méthode des radars proposée par Antoine Vayer, visitez les pages suivantes :

Aucun membre de l'encadrement actuellement dans l'équipe Groupama - FDJ n’a allumé les radars de Frédéric Portoleau et Antoine Vayer

.

Attitude vis-à-vis du MPCC

Le MPCC (Mouvement pour un cyclisme crédible) est une association créée en 2007 par des équipes cyclistes professionnelles dont le but est de défendre l'idée d'un cyclisme propre, en imposant le strict respect du code éthique de l’UCI et pouvant aller jusqu’à imposer des règles plus strictes que ne l’impose le Code Mondial Antidopage édicté par l’AMA. En plus des équipes, le MPCC offre la possibilité aux coureurs et membres de l’encadrement des équipes d’adhérer à titre individuel.

Président de la Ligue nationale de cyclisme, Marc Madiot est aussi un des fondateurs du MPCC et il en fait activement la promotion. A se demander s’il ne rend pas obligatoire l’adhésion au MPCC à titre individuel pour tous ses coureurs et membres du staff : seuls deux coureurs et une petite moitié des encadrants n’adhèrent pas.

Cette adhésion massive au MPCC favorise la FDJ dans notre classement. Cette année, nous avons plafonné le nombre de points attribués par les adhésions individuelles. Malgré cela, l’équipe FDJ reste très haut dans notre classement.


Liste des coureurs adhérents du MPCC
Liste des membres de l'encadrement adhérents du MPCC

ICCD : notre indice de confiance

Pour la saison 2022, nous attribuons à l'équipe la note de 17,5/20. Ceci la place en 2ème position sur 28.

Malgré un début de course assez calamiteux, nous attribuons à Groupama-FDJ une note très élevée.

Pour consulter l'article ICCD de l'équipe GROUPAMA - FDJ en 2021, cliquez ici.