Actualité du dopage



L'espagnol José Maria Jimenez meurt à 32 ans

07/12/2003 - Yahoo / AFP

Extraits

Chéri des aficionados du cyclisme, remarquable grimpeur et charismatique coureur, José-Maria "El Chaba" Jimenez est décédé à 32 ans, dimanche, d'un arrêt cardiaque dans un asile psychiatrique, deux ans à peine après ses derniers exploits.

"C'était un grand champion. Il avait une façon de courir qui plaisait aux gens, parce qu'il faisait exploser la course. Avec lui, il y avait toujours beaucoup de spectacle", résume l'ancien grimpeur Laudelino Cubino à propos de la carrière de son compatriote, vainqueur d'innombrables courses, dont huit étapes, trois maillots de la montagne et un maillot du classement à points, lors du Tour d'Espagne, dont il avait toujours été l'un des grands animateurs.

Mais outre les victoires, c'est le personnage que les spectateurs adoraient. Né à El Barraco, un petit village près d'Avila (centre), José-Maria Jimenez était un fils de cette Espagne pauvre et rurale. Grande gueule sans éducation, auteur de blagues dans le peloton, Jimenez était rapidement devenu "El Chaba", de "El Chabacano", le "rustre". Un surnom qu'il ne détestait pas.

Passé professionnel en 1992, Jimenez devait remporter sa première victoire dans le peloton en 1996 lors de la Subida Urkiola, une course en côte. (...) Les belles performances devaient alors s'accumuler.

Encensé après ses premières victoires (...) "El Chaba" n'avait sans doute pas su gérer sa nouvelle gloire, ni les gros contrats dont il a bénéficié. "Il n'a pas fait 10% de la carrière qu'il aurait dû faire. Il aimait la nuit et ses excès", affirme un de ses proches.

(...)

"Il s'est perdu un peu pour des raisons extérieures à son travail et il a laissé le cyclisme comme ça, d'un coup", explique son coéquipier et quintuple vainqueur du Tour de France, Miguel Indurain. Fin 2001, ses problèmes de drogues et de dépression s'étaient accentués, malgré le soutien de son équipe Banesto et de sa compagne. Après avoir affirmé à plusieurs reprises qu'il voulait revenir à la compétition, il avait accumulé les séjours en hôpital psychiatrique. "El Chaba" devait être enterré lundi à El Barraco.

Lire l'article en entier