Actualité du dopage



Dopage : quand y en a plus, y en a encore

25/11/2008 - L'Union - Julien Assailly

Extraits

(...)

L'Axonais Geoffrey Clochez, 31 ans, champion du monde militaire 2007 de cyclo-cross, est accusé de s'être procuré des produits dopants au moyen de fausses ordonnances. Une enquête est en cours.

(...) Le cyclocrossman, champion du monde militaire en 2007, serait bel et bien mouillé dans une affaire de dopage. L'Union révélait dans son édition du 31 octobre que de forts soupçons pesaient sur ce sportif de haut niveau domicilié (...) dans le sud de l'Aisne. Ce n'est bien entendu pas officiel, mais la justice de Versailles enquête sur Geoffrey Clochez, coureur des Bleus de Suresnes, l'équipe de France militaire de cyclo-cross, et caporal au 5e régiment du génie de Versailles.

La vigilance d'un pharmacien de la région de Château-Thierry aurait lancé l'affaire courant octobre. Selon nos informations, un homme a téléphoné à plusieurs officines, en demandant du Saizen. Ce médicament contient de la somatropine, une hormone de croissance. (...)

La réponse du pharmacien étant positive, l'inconnu est venu ensuite retirer le produit en question, muni d'une ordonnance à en-tête d'un médecin de Château-Thierry. Le client est décrit comme un homme d'une trentaine d'années au corps plutôt affûté. Étrange. Le pharmacien relève l'immatriculation du véhicule.

(...)

Les gendarmes effectuent par la suite le tour des pharmacies des environs de la cité castelle. Le résultat ? Les enquêteurs refusent de communiquer.

Toutefois, la garde à vue de Geoffrey Clochez n'est pas démentie. La raison ? La détention de produits dopants à coup sûr, puisque le champion n'a jamais été contrôlé positif lors d'une compétition.

Un mois après son passage dans les locaux de la gendarmerie les autorités observent le plus grand mutisme. D'autres, en revanche, parlent. Au hasard de conversations dans le milieu sportif, on apprend que les enquêteurs ont fait mouche en perquisitionnant le domicile du champion. Que Geoffrey Clochez a été mis aux arrêts pendant quinze jours, qu'il a été exclu des Bleus de Suresnes. Et que son contrat militaire, qui arrive à terme en juin, pourrait être résilié. Le coureur ne cherche pas, pour l'instant, à se défendre. Il reste injoignable.

(...) Aucune confirmation officielle n'arrive cependant. Le cas est embarrassant. Un sportif, payé par l'armée pour assurer sa notoriété, qui se « charge », cela ne fait pas bonne presse.

Le parquet de Soissons s'est dessaisi du dossier début novembre au profit de la juridiction Versaillaise. Raison invoquée : les magistrats ne s'estiment pas compétents territorialement sur ce dossier.

Une instruction est en cours. S'il est condamné, le cycliste risque une peine maximale d'un an de prison ferme et une amende de 3.750 euros pour détention de produits dopants.

À l'issue du jugement, la Fédération française de cyclisme, étrangement discrète sur cette affaire, peut également prononcer une peine disciplinaire.

Lire l'article en entier


Cette page a été mise en ligne le 25/11/2008.