Actualité du dopage



Deux contrôles positifs au dernier Tour de Corse

08/03/2008 - Corse Matin

Extraits

Le dopage ne gangrène pas le seul Tour de France et ne se limite pas à l'élite internationale du cyclisme. C'est une évidence depuis longtemps et l'actualité nous confronte directement au phénomène : des coureurs y ont eu recours lors du dernier Tour de Corse cycliste qui faisait son grand retour au calendrier, au mois de mai 2007. Nous avons appris, hier, que deux des principaux animateurs de cette compétition courue sur quatre étapes, ont été contrôlés positifs. Il s'agirait du vainqueur, Yoni Beauquis*, de la formation du Vaucluse, et du Pyrénéen Franck Parolin qui s'est adjugé les deux premières étapes, Bastia-Calvi et Corte-Porto-Vecchio. Selon nos informations, Beauquis* aurait carrément arrêté le vélo, Parolin nierait les faits et entendrait prouver son innocence.

(...)

« Il n'y a rien d'étonnant, j'ai vu des coureurs très nerveux après les étapes, en apprenant qu'ils allaient être contrôlés », nous a confié un proche de l'épreuve. Des contrôles ont donc bien eu lieu sur le Tour (...), nous a expliqué le docteur Jo Battaglini, médecin conseiller régional, responsable du dispositif médical de la course et chargé de mettre en place les contrôles effectués par deux de ses confrères (...). L'information serait officielle depuis le début du mois de février. La sortie tardive de l'affaire s'explique par une procédure aussi longue que lourde, entre l'envoi des échantillons au laboratoire de dépistage du dopage de Châtenay-Malabry et les conclusions de celui-ci sur d'éventuels cas positifs. (...) Sur le Tour, les deux coureurs positifs qui encourent deux années de suspension ont été pris à la cortisone et aux stéroïdes anabolisants. Le Stanozolol, produit que Franck Parolin aurait consommé, est celui qui a valu au sprinteur canadien Ben Johnson, l'exclusion des JO de Séoul en 1988. L'appel du coureur incriminé rallonge considérablement le délai dans la mesure où une contre-expertise doit être effectuée.

(...)

Lire l'article en entier

Le post-scriptum de cyclisme-dopage.com (21/03/2008)

Le 19/03/2008, Jean-Pierre Guttin, Président du Valreas Velo Club, où est licencié Yoni Beauquis, démentait formellement auprès de cyclisme-dopage.com toute implication de son coureur dans cette affaire. Une lettre adressée au coureur par la FFC a confirmé depuis qu'aucune trace de produit interdit n'avait été retrouvée lors du contrôle. Yoni Beauquis envisage de porter plainte en diffamation contre Corse Matin. Le Comité du Vaucluse et Valreas Velo Club le suivraient en se portant partie civile.


Cette page a été mise en ligne le 15/3/2008.