Actualité du dopage



Le témoignage du docteur Chaumont

17/10/1976 - France Soir

Extraits

(...)

« A l'issue de la dernière étape de "L'Étoile des espoirs", Rachel Dard et Bernard Bourreau ont été pris en flagrant délit de tricherie lors d'un contrôle anti-dopage. Ils avaient glissé dans leurs cuissards une petite vessie de caoutchouc qui leur aurait permis de donner une autre urine que la leur.

« Le soir, j'ai pris le train avec les éprouvettes vides mises sous scellés. Il n'était plus question de prélever l'urine des coureurs puisqu'il y avait eu tricherie. Le lendemain, gare d'Austerlitz à Paris, à 6 h 30, que vois-je ? Rachel Dard, accompagné d'une deuxième personne, petits cheveux frisés et bruns, que je ne connaissais pas. Il me supplie de ne pas le dénoncer. Après hésitation, je lui fais confiance. J'ai jeté les éprouvettes dans un égout pour lui montrer que je comprenais ses problèmes mais je lui ai fait promettre de ne rien dire. Or, bien vite, tout a été découvert. Qui a parlé? Certainement pas moi... »

Réponse de Rachel Dard : « Moi, parler ? Pourquoi ? Je n'ai jamais triché. Tout est faux, du début à la fin. Il n'y a jamais eu de petites vessies. Il n'y a jamais eu de rendez-vous matinal à la gare d'Austerlitz. Je possède une 504 Diesel, je n'aurais jamais eu le temps de faire le trajet Dax-Paris dans les délais d'un train. » A nouveau, le docteur Chaumont : « C'est fabuleux, une pareille attitude ! Je comprends pourtant Rachel Dard ; mais enfin, s'il avait avoué, je ne l'aurais pas laissé tomber. Je l'aurais défendu. Je ne désire pas la mort du pécheur. Je suis venu dans le "milieu" pour essayer d'abattre le mur qui existe entre le coureur et le médecin. Je ne suis pas là pour faire "tomber" un tel ou un autre. »

(...)


Le post-scriptum de cyclisme-dopage.com

Cet article est cité par le Dr François Bellocq dans son livre "Sport et dopage" (page 21). Le Docteur Chaumont, alors médecin fédéral, se verra infliger un blâme par la FFC. Bernard Bourreau, quant à lui, écope d'un mois de suspension avec sursis, d'une amende de 5000 CHF, d'un déclassement, et d'une pénalité de 10 minutes.


Cette page a été mise en ligne le 23/3/2007